Accueil du site > Histoires > la veillée au coin du feu > la cabro d’or

la cabro d’or

Il y a un endroit rempli de magie et de vieilles croyances. C’est le val d’enfer.

Lorsque nous étions enfants, mes parents nous emmenaient promener dans la colline vers les Baux. On essayait de faire le moins de bruit possible, car on avait l’espoir d’apercevoir la fameuse Cabro d’Or. Je demandais à ma mère de me raconter pour la centième fois son histoire.

La légende remonte au temps ou les vieilles masco [1] jouaient un rôle important dans la vie des provençaux. Voici ce qui se disait dans les veillées par nos anciens et les bergers.

Un riche seigneur Maure fuyant le pays avec son trésor, chercha une cachette pour l’y entreposer quelque temps, dans l’espoir de venir le reprendre dans de jours meilleurs. Il arriva dans le Val d’enfer avec son serviteur. Ils virent l’entrée d’une grotte ou paissait une chèvre échappée d’un troupeau, et profitant de l’aubaine se régalait d’herbes tendres et parfumées. Le maître dit a son serviteur :

- j’ai enfin trouve l’endroit idéal pour mon trésor. Ce val a mauvaise réputation et personne ne viendra par ici.

Le serviteur essaya de faire changer d’avis son maître et refusa de le suivre dans cette grotte maudite. Car il avait entendu les pires histoires sur ce lieu. Les paysans disaient qu’une vieille masco vivait dans la grotte et que nul n’en était ressorti vivant. Mais le maître n’écouta pas. Il était un fier guerrier et rien ne lui faisait peur. Il prit ses sacoches et en entraînant la chèvre avec lui, il pénétra dans la grotte. Le serviteur se mit à prier pour son maître. Le seigneur, lui, avança dans les profondeurs de la terre, persuadé que grâce à la chèvre, il retrouverait son chemin de retour.

Au bout d’une heure, des bruits terrifiants sortirent de la grotte. Le serviteur terrifié n’eût pas le courage d’aller au secours de son maître.

Les heures passèrent, et le soir dans le couchant, il vit ressortir, une chèvre. Mais ce n’était plus la chèvre de son maître. Celle-ci avait un pelage d’or. Elle se dressa fière et gratta le sol de son sabot, Puis elle gravit les rochers et se posta en haut de la falaise. Les derniers rayons du soleil, mettaient du feu dans sa robe. Le serviteur terrorisé s’enfuit et ne revint jamais. Tout au long de sa fuite, il raconta l’histoire de son maître et du trésor. Mais nul jamais ne le trouva. Des bergers dirent avoir aperçu sur les rochers la Cabro d’Or, mais personne n’osa la suivre dans les profondeurs de la terre.

La légende dit que, si vous faites attention, vous pouvez trouver de fin fils d’or dans la colline accrochés aux herbes ; et certains soirs, voir la Cabro d’Or sauter de rocher en rocher.

Surtout ne la suivez pas.

Cette histoire a bercé ma jeunesse. Et même maintenant lorsque je me promène vers les baux, je me surprends à chercher la Cabro d’Or.

lundi 9 mai 2005, par Magali Blanc

Notes

[1] sorcières
©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0