Accueil du site > Acteurs > Les gardiens de nos traditions > L’Hommage au Décan

L’Hommage au Décan

L’Hommage du Capoulié du Félibrige

JPEG - 88.5 ko

La tristesso emplis lis amo, la Prouvènço plouro vuei un de si priéu li mai afouga.
Se de patrioto se pòu encaro parla, Laurèns Ayme n’èro un vertadié. Sènso balança dirai qu’incarnavo la « nacioun prouvençalo » dins touto sa plenour, que n’èro lou cepoun.
Tout à-n-un cop espremissié la grandour di remembranço e la fe dins l’an que vèn.

A travaia cors e amo au glourious reviéure prouvençau. Encaro jouine se dounè dins la troupo di Troubadours de Provence à Gravesoun e sa vido entiero la baiara à la lengo e à l’us naciounau. Desóublidaren jamai la plaço que tenguè dins la Pastouralo Riboun, pièi, soun amour, soun estacamen à sa terro gravesounenco, à la Camargo, à l’èime nostre.

Laurèns Ayme èro un ome de fe, un ome de counvicioun. Sèmpre nous marquè sa ferouge voulounta d’empura lis enavans, de crida au mounde la realita de Prouvènço.
Emé grando arderesso sabié larga la bono paraulo, sabié auboura li foulo, sabié faire parteja soun envanc, sabié faire entèndre la resoun.
Èro amirable dins sis arengo.

Valènt que noun-sai, a fa obro piouso en cultivant la fierta e l’anavans de nosto Prouvènço.
D’un n-aut esperit e lou cor devot moustravo la draio dóu devé.
Vaqui perqué, mis ami, siéu vengu saluda emé vautre la memòri e lou presfa de Laurèns Ayme, vaqui perqué ié siéu vengu adurre lis óumage respetous dóu Felibrige.
Vaqui perqué peréu, vuei, vesèn tant de caro bagnado de lagremo.
Vaqui perqué vuei sian tóuti recouneissènt de-vers l’ami fidèu.

Felibre counvincu, lou Felibrige, vai soulet, n’avié fa un Mèstre d’obro e aviéu agu l’ur de ié semoundre, ate rare, la grando medaio dóu Felibrige à la Santo-Estello di Santo.
Uno Santo-Estello santenco qu’a agu la gau de viéure, la visquè quasimen coume un miracle ! Sufis de se souveni di paraulo qu’ardamen ié larguè. Pèr douna la darriero brassado à Laurèns Ayme, ai fa miéuno la fin de la dicho prounounciado pèr Marius Jouveau davans l’atahut dóu Marqués Gantelmi d’Ille :
« Soun de vous aquésti mot : -En bevènt à la Coupo, i fèsto de Santo-Estello, li felibre culisson dins lou simbèu la pensado dis àvi -. Emé qunte respèt, emé qunto devoucioun, vous i’avèn vist bèure à nosto Coupo Santo, au mes de jun 2011 ! Segound vòsti paraulo, ié culissias la pensado dis àvi - e sentias belèu qu’èro lou darrié cop … Èro lou darrié sus terro ; car vuei, emé Mistral e si disciple esvani, voulèn crèire que bevès à la coupo dóu Verai e dóu Bèu eterne dins lis sants aliscamp ounte vous mandan, de tout noste cor, lou salut atrista de touto la Prouvènço ».

Jaque MOUTTET
Capoulié dóu Felibrige

Jacques Mouttet, Capoulié du Félibrige
IMG/mp3/moutet.mp3

Michel Buisson, neveu de Mr Ayme

Michel Buisson, neveu de Mr Laurent Ayme
IMG/mp3/buisson.mp3

Roland Chassain, Maire des Saintes

JPEG - 41.9 ko
Roland Chassain, Maire des Saintes Maries de la Mer
IMG/mp3/chassain.mp3

Père Michel Desplanches

Père Michel Desplanches
IMG/mp3/desplanches.mp3

Henri Vicente, Président de la Confrérie des Saintes Maries de la Mer

Henri Vicente, Président de la Confrérie des Saintes Maries de la mer
IMG/mp3/vicente.mp3

Guy Chaptal, Capitaine de la Nacioun Gardiano

JPEG - 77.8 ko
Guy Chaptal, Capitaine de la Nacioun Gardiano
IMG/mp3/chaptal.mp3

Astrid Giraud, XXIe Reine d’Arles

JPEG - 171.3 ko

A l’évocation de votre nom, c’est votre chaleureuse voix qui accompagnait sans faillir chacun de nos rendrez vous qui me revient .Et c’est avec une immense tristesse qu’un grand homme de Camargue nous a quitté, allant rejoindre le nom de ceux qui l’ont bâti.
Il n’a eu de cesse de rendre un hommage à toutes les Reines d’Arles dans chacun de ses discours, et en tant que 21 eme de ce nom je souhaite, et en la mémoire de toutes celles qui m’ont précédée, lui rendre un dernier hommage.
Car Mr Ayme était un de ceux qui se battaient pour défendre nos Valeurs, la sauvegarde de notre Identité, en oeuvrant pour le maintien de la Lengo Nostro avec Humilité, Intelligence Simplicité et Respect. Avec un nombre de qualités incalculable, vous étiez l’incarnation même de notre Camargue et un exemple pour tous ceux qui auraient tendance à s’éloigner de l’Essence même de nos traditions. Votre Estrambord nous faisait voyager dans notre Histoire , moi j’y ai vu votre Foi et votre Amour pour ce Pays...
Je regrette tant que nos chemins se séparent mais sachez que votre histoire se contera dans toute la Provence ; l’histoire d’un troubadour légendaire.
Aujourd’hui votre Gento Rèino s’incline avec tristesse en vous voyant quitter les Saintes Maries .
Vous êtes notre Mémoire celle qui nous permet d’écrire l’avenir, notre hymne se chante, certes, mais au travers des lignes il y a une foi et une réalité. Mon adieu se fera sur ces quelques vers si vrais :

D’un vièi pople fièr e libre
Sian bessai la finicioun ;
E , se toumbon li Felibre,
Toumbara nosto nacioun ....

A-diéu-sias

Astrid Giraud, Reine d’Arles

lundi 17 septembre 2012

P.-S.

Toutes nos excuses pour la qualité des enregistrements sonores, l’église des Saintes résonne divinement. Trop pour un dictaphone peut-être...

En images

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0