Accueil du site > Art > Le Costume > Costumes de Reines d’Arles

Costumes de Reines d’Arles

L’amista dis Arlatenco, l’association des reines d’Arles expose. Le Musée du Vieux Nîmes se transforme pour quelques mois en écrin de ces arlésiennes qui ont fait rêver des générations de fillettes.

A l’invitation de Mme Aleth Jourdan conservateur, elles ont mis en scène une trentaine de leurs costumes. Des costumes qu’elles ont choisi avec soin, des costumes qui leur ressemblent, des costumes "qu’elles ont porté" confie Elisabeth Ferriol. C’est un choix fort de la présidente de présenter non pas des tenues pour leur valeur symbolique, mais d’avoir choisi ces vêtements qu’elles ont aimé. Il y a bien sûr de grands costumes, de ces costumes dont la symbolique fait frissonner comme la robe de mariée d’Angèle Vernet, ou ce costume de velours bleu que Caroline a porté à son tour pour la première fois lors de la cérémonie des Mireieto, mais ces grandes dames n’en ont pas oublié des costumes de Mireio, des cotonnades fleuries qui n’ont rien à envier aux plus belles soies présentées. L’exposition de ces pièces, leur diversité, l’énergie qui en émane, les souvenirs qu’elles évoquent ne manqueront pas de toucher le visiteur.
Elles ont mis tout leur coeur dans la présentation de cette exposition. Quatorze reines ont bien voulu prêter un voire plusieurs costumes qu’Elisabeth, Sabine, Caroline et Françoise sont venues installer. Sabine confie que ce qui fût difficile était de respecter à la lettre la pose du fichu de chacune.
A Chaque reine sa beauté, sa personnalité retranscrite jusque dans sa façon de s’habiller...
L’exposition se déroule dans plusieurs salles, et est complétée par des tableaux, des rubans, des coiffes venues des museon Arlaten ou Musée Reattu pour un ensemble simplement extraodinaire.

La réussite sera au rendez-vous. J’ai cru voir Sabine du coin de l’oeil, en entrant... Il n’y avait là qu’un costume simple aux cotés d’une selle... Mais c’était tellement elle qu’un instant... c’est l’atmosphère qui se dégage de cette présentation. Ces dames ont mis un peu de leur âme dans l’expo et le visiteur ressortira comblé d’avoir pu passer quelques heures en aussi bonne compagnie, du sourire ravageur de l’une en passant par le rire cristallin de celle ci ou le regard perdu dans le rêve de celle-ci.

Elles avaient carte blanche pour l’exposition, elle ont rendu une copie parfaite. De l’autre coté du Rhône, le choix de Nîmes quant à lui se justifie tout seul, s’il en était besoin. Les deux villes partagent un même passé antique, une même culture traditionnelle et tauromachique. Frédéric Mistral a passé son baccalauréat à Nîmes et y a même été acclamé en 1894 aux arènes par plus de 20000 personnes.
Tout un symbole.

L’inauguration était prévue pour la Féria de Pentecôte. Elle a eu lieu jeudi 16 Mai, le soir de la pégoulado.

Tout le gotha est venu découvrir ces robes fabuleuses pour l’occasion, avec en premier lieu les reines elle-même sont venues présenter l’expo. Henriette Bon, Annie Bérard, Françoise Calais, Nicole Michel, Myriam Yonnet, Sabine Mistral et Caroline Serre qui entourent la présidente de l’association Elisabeth Ferriol pour ce vernissage. Les premières réactions montrent à quel point la tonalité donnée est juste... si Elisabeth et ses adhérentes avaient dû être stressées pour cette grande première, elles se sont rapidement détendu, parlant "chiffon", "tradition" et "souvenirs" avec l’un et l’autre.

Un seul bémol, un temps chagrin n’a pas permis de donner à cette cérémonie le faste qu’elle aurait mérité. Qu’à celà ne tienne, cette célébration sera rééditée pour la féria des vendanges. L’invitation est lancée.

L’exposition est donc à découvrir du 15 mai au 15 septembre et se cloturera donc à l’occasion de la Feria des Vendanges. Durant ces quatre mois, les reines seront souvent présentes pour guider les visiteurs, leur raconter la petite histoire de cette grande aventure. De nombreuses animations sont également prévues : démonstrations de sabrage, ateliers de boutis ou de pinceautage, des causeries sur l’habillage ou la coiffure de l’arlésienne.

Le musée du vieux Nîmes se révèle un féal de premier choix. Aux visiteurs d’écrire la page suivante.

Musée du Vieux Nîmes
Place aux Herbes
30000 Nîmes

  • Mai
    • 16 : Vernissage
    • Samedi 25
      • 14-15H : Demonstration de Boutis
      • 15-18H : Atelier de Boutis
  • Juin
    • Samedi 1
      • 10H30 Visite guidée du musée
      • 14-17H habillage et coiffe d’une arlésienne
    • Dimanche 16
      • 15H Visite commentée par les reines
  • Juillet
    • Samedi 6
      • 10H30 Visite guidée du musée
      • 14-17H Démonstration de sabrage de ruban
    • Dimanche 21
      • 15H visite commentée par les Reines
  • Août
    • Samedi 3
      • 10H30 Visite guidée du musée
      • 14-17H Pinceautage
    • Dimanche 18
      • 15H Visite commentée par les Reines
  • Septembre
    • Samedi 7
      • 10H30 Visite guidée du musée
    • Samedi 14
      • 11H Visite commentée par les Reines
      • 14-17H Habillage, pinceautage, boutis
    • Dimanche 15
      • 11H Visite commentée par les Reines
      • 14-17H Habillage, pinceautage, boutis
samedi 18 mai 2013, par Eric Blanc

En images

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0