Accueil du site > us et coutumes > Les fêtes d’Arles > Le XXe Règne > Au coeur des Mailhan

Au coeur des Mailhan

Elles sont Dix-neuf.

Dix-neuf candidates au rôle de reine du pays d’Arles. Toutes sont conscientes de l’importance de cette tâche. Trop peut être...

Pour un peu, le stress les empêcherait de profiter de ce costume qu’elles portent si bien. Heureusement, le comité des fêtes veille. En leur réservant une journée loin de tout, "au coeur des Mailhan", le comité leur a offert un espace pour se découvrir, apprendre à se connaître. Elles sont là ensemble, en groupe serré, presque soudé. Elles partagent une même passion, celle de ce costume et des symboles qu’il véhicule.

Le programme de cette journée commence donc avec un récapitulatif des différentes instances représentatives de la France. En tant qu’ambassadrice de la ville et du pays d’Arles elles auront à rencontrer tous les représentants de l’état, de la région et du département. Elles écoutent, studieuses, ce cours donnée par Mme le commissaire divisionnaire.

JPEG - 66.6 ko
Les marraines encadrent le président du comité des fêtes
JPEG - 60 ko
Le secrétaire Mr Jonin et Mr Lebret, capitaine de la Confrérie
JPEG - 45.9 ko
Mr Yonnet, président de la Confrérie

Puis, elles découvrent leur marraine, celle qui les aidera plus encore que toute autre, celle sur laquelle elle pourront s’appuyer, et Mr Hubert Yonnet, président de l’antique confrérie des gardians venu en président, en ami.
Les liens qui lient la reine d’Arles et la confrérie sont forts, la présence de son président, de son président adjoint, de son capitaine et de son secrétaire le prouve plus que tout discours...

L’ambiance est détendue... Le cercle est fermé, ces demoiselles peuvent enfin être elles mêmes.
La journée s’étend paisible pour un apéritif sobre, puis un repas succulent. Les photographes présents commencent à piaffer, le temps couvert menace, et il serait dommage de finir sous la pluie. Mais le ciel gardera sa menace en l’air, s’il manque toujours un rayon de soleil, il ne pleut pas et le froid n’est pas suffisant pour rougir le nez de ces demoiselles.

JPEG - 43.1 ko
Mr Jacques Mailhan, propriétaire de la manade, et Président adjoint de la Confrérie

Il est quinze heures. Jacques Mailhan emmène avec émotion les candidates jusqu’à une tombe, celle du cocardier double Biòu d’Or Rami. Un instant de recueillement, mélant la grâce des jeunes mireilles à la force tranquille du manadier.
Quelques photos plus tard, il est temps pour ces demoiselles de faire connaissance avec leur destrier. Il est en effet prévu un tour à cheval. Tenir en selle, s’y sentir suffisamment à l’aise pour parader s’apprend...
Quoi de mieux que l’intimité de la terre des Bernacles pour cela.

Un petit tour, au pas jusqu’aux arènes, encore quelques photos... Et la journée s’achève, non sans l’assurance de tous d’être au service de ces demoiselles.

Qu’elles aient besoin de quoi que ce soit, le Comité est là...

Qu’elles désirent refaire un tour en selle, le domaine des Bernacles leur est ouvert.

Le mot de la fin appartient à l’hôte de la journée. Mr Mailhan termine en remerciant ces jeunes filles de l’engagement qu’elle prenne en faisant acte de candidature, et les assurant toutes de son soutien indéfectible, qu’elles soient élues ou non, elles seront toujours les bienvenues aux Bernacles...

dimanche 16 mars 2008, par Eric Blanc
©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0