Accueil du site > us et coutumes > les journées de tradition > Uno Santo-Estello au Martegue

Uno Santo-Estello au Martegue

martigues

Langue en péril, culture rejetée, reniée, traditions évincées, valeurs oubliées, histoire effacée...

21 mai 1854, jour de la Sainte Estelle, ils sont sept, ils ont entre 20 et 38 ans...

Ils décident de redonner à la culture provençale ses lettres de noblesse, exprimant ainsi leur réaction aux méfaits du centralisme jacobin.

Avec leurs chefs d’oeuvre, ils démontrent au monde entier qu’il n’y a jamais eu de langues ou cultures qui soient exclusivement du passé, et qu’il ne suffit pas de tolérer ni d’aimer...qu’il faut connaître !

Ainsi c’est pour nous un grand honneur à Martigues que d’acceuillir le Félibrige, qui -avec plus de 150 ans d’âge- demeure une institution incontournable pour la défense des cultures d’Oc en particulier, et de toutes les cultures en général.

Marc Péron

Président de la Capouliero

Lou martegue vai s’endeveni quatre jour durant la grando capitalo dis pais de lengo d’o. De fèt, lou Felibrige, que dou daut de si cènt dinquanto an d’eisistènci, countùnio fidelamen sa missioun de mantenement e d’enançamen, a chausi aquest an la Veniso prouvençalo -coume l’apelavon antan- pèr ié teni soun Coungrès, di de la Santo-Estello. Un coungrès qu’aura coume li precedènt pèr voucacioun de recampa touti aquéli de la necessita que i’a pèr un pople de counserva soun identita pèr mies s’enracina dins soun presènt à travès aquéli valour proumiero que soun la lengo e la culturo. Mai u coungrès qu’aura tambèn pèr voucacioun de moustra à bèus ieu vesènt que de counserva sa lengo aco emplico nulamen lou replegadis mai à l’enverso la recouneissènço de l’autre à travès si semblanço emai si dissemblanço e qu’aqui tout lou mounde a ’n role à jouga quand vesèn coume se traduson li menaço d’entegrisme dins nosto soucieta. Es bèn aquelo pensado en mouvament - d’un mouvamen que vai de l’idioumatique à l’universau- que sara au cèntre d’aquéli fèsto à travès li noumbrousi manifestacioun que nous soun ouferto pèr la Capouliero e la vilo dou Martegue que saludan de tout cor emé li Martigau e li Martegalo en ié disènt noste gramaci pèr soun acuiènço que n’aura rèn, cresès-me, d’un faus-semblant !

Pèire Fabre

Capoulié dou Félibrige

jeudi 11 mai 2006, par Magali Blanc
©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0