Accueil du site > us et coutumes > les journées de tradition > Saint Vérédême > Quand Eyguières fête Saint Vérédême

Quand Eyguières fête Saint Vérédême

Les fêtes votives sont un part importante des festivités estivales en Provence.

Si celles ci n’ont plus de "voto" que le nom,il n’y a guère plus que quelques anciens pour y venir faire leur voeu à cette occasion, il n’en reste pas moins que les fêtes liées sont toujours présentes.

Selon le lieu, les activités dites traditionnelles changent de la pétanque à la bouvine en passant par la pêche, les joutes, voire le jeu de Paume. En terre de bouvine, ce sont des manifestations taurines qui rythment les quelques jours de la fête. Avec ne l’oublions pas une journée "folklore" ici, et une journée à l’ancienne là.

Eyguières fête son saint patron Vérédême le deuxième dimanche d’Août. Saint Vérédême évèque d’Avignon de 700 à 722 ne fût pas toujours le saint Patron de la Ville. La paroisse Sainte Marie Madeleine d’Eyguières avait été placé sous la responsabilité du clergé régulier et l’ordre de Saint Ruf en 1048. L’église d’Eyguières, baptisée Saint Marie-Madeleine devint Sainte Marie Mère de Dieu ou Notre Dame des Grâces lorsqu’elle fut reconstruite en 1345 après un effondrement partiel. Une nouvelle église sera décidée en 1757, dont l’emplacement sera choisi en 1771, la première pierre posée en 1778 et bénie le 8 septembre 1783, dix ans après la dissolution de l’Ordre de Saint Ruf.
Cette église fût consacrée en l’honneur de Saint Vérédème le 6 Novembre 1848.

La date de la voto d’Eyguières n’a pas toujours été en Août. St Vérédème se fête le 17 Juin, mais a été transférée au 20 mai au 16e siècle, puis déplacée 4 Août à la révolution, pour ensuite être remise au 7 juin, pour revenir enfin au deuxième dimanche d’août.

Avant la révolution, la fête était l’une des plus belles du voisinage, s’organisant autour de l’élection d’un capitaine, d’abbés de la jeunesse pour un programme mélangeant bals, danses publiques, ou concours d’étrangers. Déjà en 1820 la fête avait changé, notamment par l’absence d’élections d’officiers de la fête, mais pour autant les jeux gymnastiques continuaient à perdurer "coûtant à peu près 100 francs à la ville"...

De nos jours l’esprit de la fête est toujours présent, le lien avec le passé se fait toujours, les danses et le défilé des groupes de tradition du dimanche, les courses camarguaises, voire la feria du lundi sont autant d’évènements qui s’inscrivent dans le fil de ces fêtes d’antan. La fête continue de ses transformer, les récents travaux en Centre ville associés à la pression de l’organisation d’évènements taurins ont modifié le programme de la fête cette année, plus de festivals d’abrivado organisés par le Club taurin en ville, plus de journée à l’ancienne, plus d’encierro autour des arènes...

Cette année, un lien fort avec le passé était tissé par le biais d’une exposition au moulin de l’Alcazar "Eyguières Hier et Aujourd’hui" donnée par les associations locales. Photographies de la ville comparant le début du siècle dernier avec celui ci, de manifestations de tradition, de bouvine, présentation de costumes, ou exposition sur le tambourin ou la culture de l’olivier ont ainsi rappelé aux habitants leur passé glorieux.

Un splendide défilé a égayé les rues de la ville le dimanche matin, mélangeant musique et danses. Les Enfants dis Aupiho, le cordon camarguais, le ruban de Provence, li camin de Prouvènço, l’escolo de la ribo de la Ciotat ou encore les gardians des manades alentours se sont montrés le matin et ont pu s’exprimer dans les arènes l’après midi.
Un charmant rappel d’hier encore que ces arènes, ancien moulin de recense qui alimentait les usines de savonnerie qui maillaient le village.

Les savonneries ont disparu, le lieu reste. Mr Chabaud a transformé le site en arènes, et recevait donc ce jour là la deuxième journée du trophée des Alpilles. Opposant les manades Lautier, Ribaud et Fabre Mailhan, cette course a présenté un lot de taureaux disparates dont sont ressortis les deux derniers, Verdier de la manade Ribaud et Cigalon de Fabre-Mailhan.
Face à ces taureaux les hommes ont travaillé dans l’esprit. L’absence de Ciacchini qui était premier après sa splendide course du mois de juin lors de laquelle il avait engrangé 23 points. Cette absence sert Maurel qui comble son retard lié à son absence lors de la première journée. Il fait ce jour là 16 points, Ferriol derrière lui réalise 11 points. Maurel prend même la tête du trophée des Alpilles le lendemain en réalisant à l’occasion 13 points de plus.

Eyguières a célébré son Saint.
Le village d’à coté va commencer sa voto.

samedi 17 août 2013, par Eric Blanc, Magali Blanc

En images

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0