Accueil du site > Acteurs > Les gardiens de nos traditions > Collectif Prouvènço > Collectif Prouvènço : Les Discours

Collectif Prouvènço : Les Discours

Mèfi ! prouvènço reguigno ! Mèfi la Provence se rebelle.

Le collectif prouvènço a appelé le peuple de Provence à une grande manifestation ce samedi 17 mars en Arles pour la défense de l’identité provençale, le respect de la pluralité des Langues d’Oc : uno regioun, uno languo, uno identita.

Vous n’avez pas pu assister à ce grand rendez-vous, alors venez écouter

Allocution du Président du Collectif Prouvènço

MP3 - 3.9 Mo
Jean Pierre Richard
Président du Collectif Pouvènço

Allocution de Mr Serge Botey

MP3 - 1.3 Mo
Serge Botey
Adjoint au Maire de Marseille

Allocution de Mr Michel Vauzelle

MP3 - 2.6 Mo
Michel Vauzelle
Président du Conseil Régional

Allocution de Mr Roland Chassain

MP3 - 831.3 ko
Roland Chassain
Député Maire des Saintes Maries de la Mer
dimanche 18 mars 2007, par Magali Blanc

8 Messages de forum

  • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 20 mars 2007 à 02:36, par Jorgi

    Je suis Provençal et j’enseigne mon parler de Haute Provence dans des classes de primaire. J’ai des amis passionnés par les costumes anciens, qui les portent dans des manifestations festives. J’ai lu Mistral, d’Arbaud, Bonnet, Felix Gras... Et je suis vice president de l’Institut D’Estudis Occitans 04/05... Je constate à l’écoute des discours de votre site que pas un des elus defendant la langue Provençale ne la parle (y compris le maire des Saintes Marie, qui l’ecorche lamentablement)... Comment, dans ce cas, sont ils capables de la differencier des autres "langues d’Oc" ? Le president du mouvement, lui, parle la langue, mais tronque le discours de Mistral :

    Il cite le premier couplet de "la respelido", en "oubliant" le deuxieme couplet : Nautre en plen jour Voulèn parla toujour La lengo dau Miejour, Vaqui lou Felibrige ! Nautre en plen jour Voulèn parla toujour La lengo dau Miejour Qu’acò’s lou dre majour.

    "LA lengo dau miejour" et pas "LI lengo dau miejour"

    Ce qui est confirmé dans L’espouscado : "Eh ! bèn, nàni ! despièi Aubagno, / Jusqu’au Velai, jusqu’au Medò, / La gardaren riboun-ribagno, / Nosto rebello lengo d’O ! " On ne peut pas être plus clair ! D’Aubagne au Velay et au Medoc, "nosto" et pas "nosti"... L’espace est defini, ainsi que l’unité.

    Ou on se reclame de Mistral, et on parle de "la lengo d’o", ou on est un manipulateur.

    Quand à pretendre que les occitanistes refusent la graphie mistralienne, regardez donc quelques photos de la manifestation de Beziers pour voir fleurir les panneaux provençaux en bonne graphie de Roumanille brandis par des gens en costumes traditionnels ou modernes.

    On a donc affaire à des mensonges, qui destabilisent les amoureux de la Provence et font le jeu des ennemis de la culture d’Oc en general, qui divisent pour régner. C’est vraiment dommage. Je crois, à vous lire, en votre sincerité, mais pardonnez ma sèche franchise, vous avez une ignorance crasse de la réalité Occitane. J’étais à Beziers, et j’ai pu y parler avec des gens venu de tous les "pays d’Oc", y compris hors frontière de France, et je n’ai eu aucun problème de compréhension, malgré les différences "d’accents". Là est la réalité de l’unité de la langue. Je reste à votre disposition pour toute information ou mise au point. Je vous encourage à continuer à defendre l’identité provençale, mais ne vous trompez pas d’ennemi...

    • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 20 mars 2007 à 07:19, par Magali

      Bonjour Jorgi

      Pourquoi n’allez vous pas dire ce que vous pensez directement ici http://pageperso.aol.fr/Lacrido/MEFIi.html

      Vous pourrez ainsi discuter directement avec les organisateurs de la manif.

      J’ai un reproche à vous faire car votre message sur le coup m’a intéressé, mais franchement pour un "enseignant" le terme "ignorance crasse" ne donne pas du tout envie de demander d’autres renseignements.

      J’étais à arles et si j’avais été à Béziers j’aurais fait les mêmes articles. Moi ce que j’aime ce sont nos traditions. Après les guerres intestines...

      Et contrairement à vos dires je ne suis en guerre contre personne.

      Puisque vous êtes un passionné je pense que nous aurons l’occasion de nous rencontrer lors d’une fête en pays d’Arles

      A+

      Magali

      • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 18 avril 2007 à 04:10, par Jorgi

        Bonjour Magali Je crois bien que nous nous sommes rencontré sur un autre forum, et si j’ai pris du temps et de l’energie pour vous ecrire, c’est que votre action m’est sympathique, et si je vous ai blessée, croyez que je le regrette vivement. Remettons donc quelques choses au point J’avais reçu invitation pour aller à Arles, et j’ai eu donc bien le temps de dire le fond de ma pensée sur le site que vous citez. Où l’on trouve des énormités comme une prétendue volonté d’hégémonie du languedocien, considéré comme une langue differente et baptisé occitan ( ces gens n’ont pas ouvert le "grand dictionnaire encyclopedique de la langue française" aux Editions de l’Olympe dont je me permets de vous donner un extrait :

        « Occitan, ane : adj. subst. De l’Occitanie : la littérature et la poësie occitanes ; les occitans : subst. masc. Langue d’òc. 1886. latin occitanus.

        LINGUISTIQUE A diverses époques, entre le 9eme et le 12eme siecle, l’occitan a été la langue juridique, administrative et culturelle de toute la moitié meridionale de la France,du nord-ouest de l’Italie et du nord de la Catalogne et de l’Aragon. Il fut notamment la langue des troubadours. L’occitan est actuellement parlé ou compris par environ dix millions de personnes, mais il ne cesse de reculer devant le français. Les grands dialectes de l’occitan sont d’une part l’auvergnat et le limousin, dont le caractère phonétique le plus remarquable est (comme en français ) la palatisation du "ka" et du "ga" latins (vacha "vache", jalina "poule" ), et, d’autre part le provençal et le languedocien, ce dernier ayant le phonétisme le plus archaïque, et, finalement, le gascon, remarquable par la transformation du f initial en h et la supression du n intervocalique latin (haria "farine" ). Les locuteurs des différents dialectes occitans peuvent se comprendre, ainsi que ceux qui parlent le languedocien et le catalan, et, à un degré moindre, ceux qui parlent le provençal et le catalan. Certains linguistes considèrent d’ailleurs le catalan comme un dialecte occitan. En dehors de la France, l’occitan est parlé ou compris en Espagne (Aran ) à Monaco et en Italie (Piémont, Ligurie, Calabre ).

        Tiré de : "LE GRAND DICTIONNAIRE ENCYCLOPEDIQUE DE LA LANGUE FRANCAISE Editions de l’Olympe »)

        Quand les grandes organisations telles que le Felibrige, l’IEO, le CREO Provence, adoptent une declaration commune sur "La langue d’Oc" ou "Occitan", pour faire bloc face à notre ennemi déclaré qui est le pouvoir centralisé et niveleur à outrance, j’ai du mal à comprendre qu’on puisse essayer de diviser ce grand rassemblement peniblement elaboré. Face à cela, je renonce à débattre

        Cela dit, j’ai reagi un peu vivement aux discours que vous avez enregistré, plutôt qu’au contenu du reste de votre site. Je n’ai pas dit que "vous étiez en guerre". Mais tous les provençaux sont, sinon en guerre, du moins en lutte ouverte avec nos gouvernants parisiens, qui refusent de ratifier la charte des langues minoritaires, et non pas, contre les autre occitans. Et justement, avec vous, j’avais envie de débattre, car je vous devine bien sincère sur le fond. Mais... Je persiste en adoucissant les termes, mal informée :-) La Provence fait partie d’un ensemble linguistique dont on ne peut la dissocier sans commettre une grave erreur.

        Juste une anecdote pour finir : les élèves auquels j’essaie de donner quelques notions d’Occitan-Provençal ont pu suivre sans probleme une representation theatrale en Occitan-Languedocien, dans le cadre d’une tournée pédagogique du TIO (Theatre Interregional Occitan) qui, comme son nom l’indique, ne s’embarasse pas des frontieres dialectales. Ces jeunes ont bien remarqué que les acteurs avaient "un drole d’accent", mais pour eux, la langue employée était "du provençal"...

        On n’est jamais parfaitement content de ce qu’on a écrit. Je poste cependant, je me devais de vous repondre. Cordialement Jorgi

    • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 20 mars 2007 à 11:48, par Eric

      Ou on se reclame de Mistral, et on parle de "la lengo d’o", ou on est un manipulateur.

      Dangereuse assertion... Dans cet article, nous n’avons rien dit... Laissant à chacun la liberté de se faire une opinion... Et pourtant voilà bien une attaque frontale...

      Ou on se reclame de Mistral, et on parle de "la lengo d’o", ou on est un manipulateur.

      Oui... En effet et Mistral pensait que LA lengo d’O était le provençal...

      Puisqu’il faut citer le Maître...

      Correspondance de Mistral à Roumanille, 7 Septembre 1854

      « La lèi des Felibre porte formellement que nous devons respecter l’orthographie antique toutes les fois qu’elle ne contrarie pas la prononciation moderne, que, quand elle la contrarie, nous ne devons nous en écarter qu’autant qu’il est nécessaire pour l’euphonie du langage actuel. »

      Parle t’on de langue d’O, ou de provençal...

      Correspondance de Mistral à Roumanille, 10 Octobre 1854.
      « Sian tout d’ami, galoi e libre,
      Que la Prouvènço nous fai libre,
      Es nautre que sian li felibre,
      Li gai felibre prouvençau. »

      De provençal sans nul doute.

      Mais que voulait il ? Respecter la langue d’oc certes...

      Mais surtout : ... « Nous voulons que nos fils, au lieu d’être élevés dans le mépris de notre langue, (ce qui fait que, plus tard, il mépriseront la terre la vieille terre maternelle sur laquelle Dieu les a fait naître), nous voulons que nos fils continuent à parler la langue de la terre, la langue dans laquelle ils sont fiers, par laquelle ils sont forts, par laquelle ils sont libres. »

      « Nous voulons que nos filles, au lieu d’être élevées dans le dédain de nos coutumes de Provence, au lieu d’envier les fanfreluches de Paris ou de Madrid, continuent à parler la langue de leur berceau, la douce langue de leurs mères, et qu’elles demeurent simples dans les fermes où elles naquirent, et qu’elles portent à jamais le ruban d’Arles comme un diadème de Reine. ... Discours de Saint Remy, ( 9 Septembre 1958) »

      « Le Provencal, Messieurs, a parait il des défauts particuliers : le provençal seul, le provençal maudit, le provençal qui, pourtant, est l’enfant de la terre, et qui va à l’armée et qui paie ses impôts, le provençal, lui seul, est proscrit en tous lieux... Cette langue d’oc, grande voix historique, signe distinctif de notre race, miroir de notre gloire que vous autres orgueilleux, vous couronnez pieusement, à l’école on la pourchasse et on lui ferme la porte au nez. (Discours du 31 Mars 1875) »

      Mais alors... La langue d’Oc est le Provençal... Ce Provençal dans lequel les occitans ne se reconnaitront pas...

      Pas forcément...
      « ... Mais ceci n’est pas tout : Sous le Gonfalon de la Comtesse, où resplendit à cette heure l’Etoile aux sept rayons, il faut nous grouper et nous enhardir : et au cri de Provence ! Languedoc ! Catalogne ! il nous faut partir en guerre contre les préjugés ennemis de notre oeuvre... ( Discours du 21 mai 1877). »

      On pourrait poursuivre ainsi longtemps...
      Mistral a fixé le Provençal et a selon son discours du 25 Novembre 1882 fait la conquête, avec ses chansons, du Languedoc, de l’avenante Catalogne, puis la Gascogne le Limousin, le Dauphiné...

      Chaque terre a son ferment, sa langue...

      «  Les Felibres, Mesdames, se sont donné pour tâche de conserver la langue Provençale dans les milieux populaires où elle est encore en usage, et de lui rendre le respect , à tout le moins le respect, dans l’esprit de ceux qui, à la suite d’un préjugé d’éducation ou d’habitude, la méconnaissent, la dédaignent et vont jusqu’à lui faire la guerre  » (Conférence du 25 Novembre 1882)

      Mistral était aussi et surtout un poète... Tous ensembles...

      Peut être la solution était elle là...

      Une manifestation unique, et les Provencaux en groupe serré dans ce cortège enfin uni...

      • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 3 avril 2007 à 01:14, par un daufinés

        Je vous transmets ce mot auquel je souscris entièrement (étant originaire moi-même de l’Ubaye).

        Messieurs les provençalistes, veuillez levez la poutre de votre oeil au lieu de voir la paille dans l oeil du voisin languedocien. Dois-je vous rappeller que notre région s appelle "Provence-ALPES-Côte d Azur". Ce n est pas pour rien. C est-à-dire qu il y a 3 identités, la première provençale -dont tout le monde parle-, l autre nissarte dans le 06 (Comté de Nice non français jusqu en 1860) et une dernière entité que JAMAIS personne ne cite, car vous en avez cure. Comme s il n y en avait que pour vous. Vous parlez de l invasion des occitans en Provence avec leur provençal occitanisé. Prouvez-le, moi je n ai jamais entendu parler bitterois à Manosque !

        Savez-vous que ce que vous dénoncez, le soit disant jacobinisme occitan -et qui reste à prouver d ailleurs- vous, vous l avez déjà fait à la sauce provençale depuis des années dans les Alpes de Haute Provence et dans les Hautes Alpes. Au lieu d ecouter ce que parlent encore les gens du pays, au lieu d apprendre le patois de nos Alpes, la belle langue alpine qui est une langue d Oc d égal à égal avec le provençal ou l auvergnat, vous nous oubliez ! Pire, vous nous imposez des cours de "BON" provençal, le provençal mistralien de Maillane dans notre région où jamais personne ne l a parlé !!! Comme si ce que nous parlions n était pas BON. Comme si les gens de nos départements devaient bien parler. Comment appellez vous cela ? L occitanisation des Alpes peut-être ? Allons, arrêtez la mauvaise foi. Arrêtez de nous provençaliser à outrance.

        Chez nous, Gap ce n est pas la Provence mais le Dauphiné du sud, on ne parle PAS provençal. On parle ALPIN. Ce n est ni du provençal, ni du niçois, que les choses soient claires. Alors au lieu de donner des leçons à tout le monde, rassemblez 20 000 personnes à Marseille et reconnaissez enfin que dans notre région il y a 3 identités : provençale, nissarte ET ALPINE. Et là je changerait d avis sur le centralisme provençaliste actuel.

        Merci Amistas de las moutagnos das Aoutos Alpos

      • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 18 avril 2007 à 05:41, par Jorgi

        Bonjour On ne va pas s’eterniser, nous avons tous mieux à faire, mais enfin, je reponds encore un coup.

        « Ou on se reclame de Mistral, et on parle de "la lengo d’o", ou on est un manipulateur. Dangereuse assertion... Dans cet article, nous n’avons rien dit... Laissant à chacun la liberté de se faire une opinion... Et pourtant voilà bien une attaque frontale... »

        Je repondais à ce que j’ai entendu dans les discours

        « Ou on se reclame de Mistral, et on parle de "la lengo d’o", ou on est un manipulateur. Oui... En effet et Mistral pensait que LA lengo d’O était le provençal... »

        En effet, à l’exemple des gens du moyen age, qui parlaient de "Provensal" ou de "Lemosin", Mistral nomme quelquefois ainsi LA langue du midi.

        « « Puisqu’il faut citer le Maître... Correspondance de Mistral à Roumanille, 7 Septembre 1854 « La lèi des Felibre porte formellement que nous devons respecter l’orthographie antique toutes les fois qu’elle ne contrarie pas la prononciation moderne, que, quand elle la contrarie, nous ne devons nous en écarter qu’autant qu’il est nécessaire pour l’euphonie du langage actuel. » »Parle t’on de langue d’O, ou de provençal... »

        Moi, je vois qu’on parle de NOTATION GRAFIQUE, et non pas DE DISTINCTION DE LANGUE. (Au passage, je note que Mistral aurait bien voulu garder le plus possible la notation antique, C-a-D celle de l’Alpin Honnorat, dont descend en partie celle, actuelle, de l’IEO. Mais ceci est une autre histoire)

        « Correspondance de Mistral à Roumanille, 10 Octobre 1854. « Sian tout d’ami, galoi e libre, Que la Prouvènço nous fai libre, Es nautre que sian li felibre, Li gai felibre prouvençau. » De provençal sans nul doute. »

        Aquela tuba ! Mistral était provençal ! Qui le conteste ?

        Mais que voulait il ? Respecter la langue d’oc certes... Mais surtout : ... « Nous voulons que nos fils, au lieu d’être élevés dans le mépris de notre langue, (ce qui fait que, plus tard, il mépriseront la terre la vieille terre maternelle sur laquelle Dieu les a fait naître), nous voulons que nos fils continuent à parler la langue de la terre, la langue dans laquelle ils sont fiers, par laquelle ils sont forts, par laquelle ils sont libres. » « Nous voulons que nos filles, au lieu d’être élevées dans le dédain de nos coutumes de Provence, au lieu d’envier les fanfreluches de Paris ou de Madrid, continuent à parler la langue de leur berceau, la douce langue de leurs mères, et qu’elles demeurent simples dans les fermes où elles naquirent, et qu’elles portent à jamais le ruban d’Arles comme un diadème de Reine. ... Discours de Saint Remy, ( 9 Septembre 1958) » Je ne vois pas de contradiction avec ce que j’ai écrit...

        « « Le Provencal, Messieurs, a parait il des défauts particuliers : le provençal seul, le provençal maudit, le provençal qui, pourtant, est l’enfant de la terre, et qui va à l’armée et qui paie ses impôts, le provençal, lui seul, est proscrit en tous lieux... Cette langue d’oc, grande voix historique, signe distinctif de notre race, miroir de notre gloire que vous autres orgueilleux, vous couronnez pieusement, à l’école on la pourchasse et on lui ferme la porte au nez. (Discours du 31 Mars 1875) » Mais alors... La langue d’Oc est le Provençal...  »

        Ne melangeons pas tout ! Le Provençal fait partie de la langue d’Oc. Il EST de la Langue d’Oc ! Comme une baguette (ou plutôt une flûte), une couronne, un fendu, c’est toujours du pain.

        « Ce Provençal dans lequel les occitans ne se reconnaitront pas... Pas forcément... »

        Les Provençaux SONT des Occitans ! Les habitants des vallées alpines d’Italie SONT des Occitans, les Espagnols de la Val D’Aran SONT des Occitans ! Les Limousins, les Auvergnats sont des Occitans ! L’Occitanie ne se limite pas au Languedoc.

        « ... Mais ceci n’est pas tout : Sous le Gonfalon de la Comtesse, où resplendit à cette heure l’Etoile aux sept rayons, il faut nous grouper et nous enhardir : et au cri de Provence ! Languedoc ! Catalogne ! il nous faut partir en guerre contre les préjugés ennemis de notre oeuvre... ( Discours du 21 mai 1877). »

        Ben oui, c’est exactement ce que nous avons fait à Beziers ??? Des Catalans, des Languedociens, des Alpins (adiu Manòsca, coma vai la bòta ?) des Marseillais, des Arlatencs... Groupés sous le drapeau rouge frappé de la croix jaune de Forcalquier devenue croix de Toulouse, et de l’etoile à 7 branches.

        « On pourrait poursuivre ainsi longtemps... »

        Exact

        « Mistral a fixé le Provençal et a selon son discours du 25 Novembre 1882 fait la conquête, avec ses chansons, du Languedoc, de l’avenante Catalogne, puis la Gascogne le Limousin, le Dauphiné... »

        Je ne vois toujours pas de contradiction avec mes propos, et si Mistral a voulu aller vers les autres provinces de langue d’Oc, nous aurions mauvaise grâce à le désavouer !

        « Chaque terre a son ferment, sa langue... »

        Certes, mais il existe une science, la linguistique, qui permet de definir le territoire d’une langue, ses caracteristiques, qui permettent de la differencier des langues qui l’entourent. J’ai été, moi même, un temps, "embarré" dans un provençalisme étroit qui me faisait refuser de regarder "de l’autra man de Ròse". Quel gâchis ! Depuis j’ai decouvert Chapduelh (limousin), Deleris (Rouergat) Bodon (Languedocien). J’ai pu egayer les dernieres heures de la mère d’un ami en allant lui parler "patois". Avant je n’avais jamais osé lui parler en dialecte Alpin, elle était Nissarde ! Quel gâchis ! Comme nous avons ri de nos lègères differences d’accent ou de vocabulaire ! Et comme nous avons regretté d’avoir perdu des années, par ignorance ! Par peur d’aller vers l’autre !

        « « Les Felibres, Mesdames, se sont donné pour tâche de conserver la langue Provençale dans les milieux populaires où elle est encore en usage, et de lui rendre le respect , à tout le moins le respect, dans l’esprit de ceux qui, à la suite d’un préjugé d’éducation ou d’habitude, la méconnaissent, la dédaignent et vont jusqu’à lui faire la guerre » (Conférence du 25 Novembre 1882) »

        Langue Provençale : Une fois ; j’admets, bien que je pense qu’il s’agisse d’un abus de langage, comme il m’arrive d’en faire en fonction des interlocuteurs...

        « Mistral était aussi et surtout un poète... Tous ensembles... Peut être la solution était elle là... Une manifestation unique, et les Provencaux en groupe serré dans ce cortège enfin uni... »

        E vouei ! toutis ensen, per un cop ! Bessai lou cop que ven... Amistats en totes Jorgi

        • Les Discours : commentaire d’un Provençal désolé Le 5 mai 2008 à 10:53, par lacrido

          "

          Ben oui, c’est exactement ce que nous avons fait à Beziers ??? Des Catalans, des Languedociens, des Alpins (adiu Manòsca, coma vai la bòta ?) des Marseillais, des Arlatencs... Groupés sous le drapeau rouge frappé de la croix jaune de Forcalquier devenue croix de Toulouse, et de l’etoile à 7 branches."

          Drapeau Nationaliste Occitan "inventé" par FONTAN Béziers était donc une manif nationaliste,indépendance , autonomie ?

          Ne melangeons pas tout ! Le Provençal fait partie de la langue d’Oc. Il EST de la Langue d’Oc ! Comme une baguette (ou plutôt une flûte), une couronne, un fendu, c’est toujours du pain.

          Le Provençal fait partie des Langues d’Oc daccord mais de là dire :

          Les Provençaux SONT des Occitans ! Les habitants des vallées alpines d’Italie SONT des Occitans, les Espagnols de la Val D’Aran SONT des Occitans ! Les Limousins, les Auvergnats sont des Occitans ! L’Occitanie ne se limite pas au Languedoc.

          C’est quand même fort de déclarer tous ces braves gens occitans alors que l’Occitanie n’existe pas sur le plan géo politique ni historique, il n’y a jamais eu de royaume, de principauté, de comtat,...etc... portant le nom d’Occitanie, l’occitanie n’est qu’une chimère, un fantasme post-soixantehuitard

          Soyons sérieux, le Français, l’Italien, le Roumain, l’Espagnol, etc..., sont des langues latines , faut il donc militer pour le retour de l’Empire romain et opter pour le latin comme langue commune ?

  • Collectif Prouvènço : Discours M. Vauzelle Le 3 avril 2007 à 01:47, par un daufinés

    Je viens d’entendre le discours de Michel Vauzelle et je dois vous dire 2 choses :

    1- J’ai de la famille à Albi et je peux vous dire que je comprends la langue d’oc parlée là bas, elle ressemble à celle d’ici. Pour moi les Pays d’Oc ce serait ça... Alors qu’avec la famille de ma femme, qui est originaire de Grenoble, je ne comprends rien du tout.

    2- Je viens d’écouter le discours de M. Vauzelle, à par mon désaccord sur le nom de la région qui serait plutôt à modifier en Provence-Alpes-Pays Niçois plutôt que Provence tout court qui sonne un peu "centraliste" pour les Alpins et surement pareil pour les niçois, ce discours me fait quelque chose. Il est très beau, c’est un bel exemple de démocratie, il va de l’avant, j’ai envie de dire Vive l’autonomie de notre région ! M. Vauzelle va dans le sens de l’histoire. Lonjo vio !

    P.S. j’ai vu un site sur internet http://provence-libre.150m.com, est-ce que vous organisez aussi cette action ? Cela semble intéressant. Merci, à bientôt !

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0