<< Retour

La chandeleur

mardi 14 décembre 2004, par Magali Blanc


Cela marque la fin de la période de Noël. C’est ce jour-là que l’on défait la crèche.

Le 2 Février, nous étions tous un peu triste, enfants, car l’on enlevait la crèche.

Mais la consolation était de taille. Ma mère nous préparait de délicieuses crêpes et oreillettes.

A Marseille, il est de coutume de manger les navettes, faites à St Victor.

Les navettes représentent la barque des Saintes Maries, qui accostèrent sur notre rivage et c’est par elles que l’évangile nous fut transmis.

La chandeleur correspond a la présentation de l’enfant au temple, 40 jours après Noël et les relevailles de Marie.

En provençal on dit candelour.

Dans les familles, c’était très important comme fête. On apportait une chandelle a l’office pour la faire bénir. Ensuite on retournait chez soi, tout en maintenant la chandelle allumée. Si elle s’éteignait en route, cela présageait du malheur sur la famille. Arrivée a la maison, on faisait le signe de la croix avec la chandelles pour chaque porte et fenêtre.

On la rallumait dans le courant de l’année pour protéger la maison de la foudre ou pour faciliter un accouchement.

Ensuite on faisait les crêpes. Pour la première, dans sa main gauche on tenait une pièce d’or ou d’argent et de l’autre on faisait sauter la crêpe. Puis on enroulait la pièce dans la crêpe et on déposait le tout sur le haut de l’armoire. Les restes de l’année précédente étaient jetés et la pièce donnée a un pauvre.

En faisant ainsi on espérait apporter de l’argent dans la famille.


Dans la même rubrique
Rubriques
SPIP - iTwX Mobile © 2012 - -