Archives mois de février 2006

  • le vendredi saint

    28 février 2006, par Magali Blanc

    C’est le jour de la mort du Christ. Ce jour-là on ne mange pas de viande. chez nous dans la famille on prépare un aioli. On sait, et de plus ma mère en a gardé un pendant des années, que les oeufs pondus ce jour-là ne pourrissent pas, mais sèchent et deviennent dur. On ne change surtout pas les draps cela porterait malheur que de le faire.

  • les rameaux

    28 février 2006, par Magali Blanc

    Lorsque nous étions enfants nous nous régalions quand nous dégustions les friandises qui garnissaient notre rameaux. Lors de la bénédiction des rameaux, il est de coutume que les enfants apportent un rameau sur lequel sont attachés des friandises, des petits jouets et sur le haut une orange confite qui termine le rameau. C’est en général le parrain et la marraine qui les offrent. Garçons et filles, nous amenions nos branches à bénir. Mais dès la messe terminée nous commencions à manger les (...)

  • le mercredi des cendres

    28 février 2006, par Magali Blanc

    C’est le jour qui cloture la période du carnaval Lors de l’office le curé asperge et encense trois fois des cendres. Puis il appose sur le front des fidèles un signe de croix. La croix ainsi tracée avec les cendres est là pour rappeler aux croyants qu’ils sont poussière et qu’ils retourneront poussière. Donc pour finir en beauté le carnaval, on fait une dernière fois la fête, on fait caramantran qui veut dire carême entrant. On érige en place un caramantran que l’on a fabriqué pendant la période de (...)

  • Dimanche, lundi, mardi gras

    28 février 2006, par Magali Blanc

    Pendant ces trois jours avant l’entrée en Carême, le peuple profitait pour s’amuser et bien manger, car ensuite pendant 40 jours les privations étaient de rigeurs. Le dimanche et le lundi on chante, on danse, on mange de la viande à tous les repas. Bref le peuple profitait de ces jours de réjouissance. Le mardi gras on profite de faire des oreillettes. Dans toutes les familles provençales on fait un festin avec les oreillettes. On profite pour inviter les voisins, la famille, bref c’est fête. (...)

  • les jours de la vieille

    28 février 2006, par Magali Blanc

    Voici une petite histoire qui appelle à la sagesse. Des trois derniers jours de Février au trois premiers jours de Mars et des trois derniers jours de mars aux quatre premiers jours d’avril, le temps peut se montrer très rude. Il y a bien longtemps de cela une vieille se moqua du mois de Février, car celui-ci ne fût pas bien rude. Mais voici que Février se vexa et il alla voir Mars en lui demandant de lui prêtrer 3 jours. C’est le temps nécessaire qu’il lui fallut pour se venger. Le vent se leva, (...)

  • Rétrospective de l’Etoile de l’avenir

    22 février 2006, par Magali Blanc

    L’ETOILE DE L’AVENIR CÉLEBRE SES 100 ANS 1906-2006 : un siècle de traditions. Tel est le thème de la rétrospective mise en place pour fêter cet événement. Créée officiellement en 1906 et dirigée alors par MM PONSAT et PEYRON, cette société de farandoleurs existait déjà en 1904, comme en témoignent plusieurs articles de journaux, et se composait essentiellement de jeunes gens de 5 à 10 ans. Avant d’aborder la présentation du groupe, il est indispensable de rendre hommage aux différents présidents qui ont (...)

  • chanson du gardian

    2 février 2006, par Magali Blanc

    De tous temps les gardians ont fait rêver les jeunes filles. Là-bas du bout de l’horizon J’entends venir une chanson Qui chante au soleil de camargue Un refrain doux et profond C’est le chant d’un gardian qui s’attarde Belles filles attendez son retour Attendez et pourtant prenez garde Car son chant c’est celui de l’amour Ladia quand il reviendra Ladia quand il vous sourira Ladia puis il vous prendra dans ces bas Oh vous qui entendez ce chant Gardez vos belles fermement Le chant d’un (...)

  • Coupo Santo

    2 février 2006, par Julia, Magali Blanc

    C’est pour remercier les provencaux de l’acceuil fait au poète catalan Victor Balanguer, expatrié politique que la coupo santo fut offerte. La coupo En 1867, li Catalan mandèron i Felibre prouvençau uno coupo d’argènt en testimòni de gratitudo pèr l’acuiènco facho au pouèto catalan Victor Balaguer despatria pèr causo poulitico, e pèr marca tambèn l’amista, sèmpre vivo di dous païs. A la fin dóu banquet d’Avignoun, Mistral mandè un inne sus la musico d’un vièi Nouvé de Saboly dóu XVII° siècle, pèr (...)

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0