Archives mois de décembre 2004

  • La chandeleur

    14 décembre 2004, par Magali Blanc

    Cela marque la fin de la période de Noël. C’est ce jour-là que l’on défait la crèche. Le 2 Février, nous étions tous un peu triste, enfants, car l’on enlevait la crèche. Mais la consolation était de taille. Ma mère nous préparait de délicieuses crêpes et oreillettes. A Marseille, il est de coutume de manger les navettes, faites à St Victor. Les navettes représentent la barque des Saintes Maries, qui accostèrent sur notre rivage et c’est par elles que l’évangile nous fut transmis. La chandeleur (...)

  • les Rois

    14 décembre 2004, par Magali Blanc

    Je me souviens, qu’enfant, c’était un moment d’amusement de tirer les Rois. On voulait tous être dessous la table et surtout, on ne voulait pas tomber sur la fève ou le sujet. A partir de l’épiphanie et durand tout le mois de janvier, on tire les rois. Le plus jeune enfant de la famille se cache dessous la table. Un adulte, découpe le gâteau. L’enfant annonce à qui l’on doit donner les morceaux. Celui ou celle qui trouve le sujet paye un autre gâteau et celui qui tombe sur la fève, une bouteille. Mon (...)

  • Le nouvel an

    14 décembre 2004, par Magali Blanc

    C’est un repas festif, entre amis, en famille. Il y a un dicton qui dit Cado Sant Sivestre sounado, nous fai mai viei d’uno annado (chaque Saint-Sylvestre sonné, nous fait plus vieux d’une année. Il était de coutume de manger pour le repas, un coq et 12 perdreaux, ainsi que trente truffes, et trente oeufs. Cela représente l’année, les mois, les nuits du mois et les jours.

  • La ceremonie du pastrage

    14 décembre 2004, par Magali Blanc

    Le village d’Allauch dans les Bouches du Rhône fait, avant la messe de minuit, la cérémonie du pastrage. Des gens du monde entier viennent chaque année pour voir cette tradition. Quelques jours avant Noël, le bayle (le maître berger)choisit un agneau, le plus beau du troupeau. Une charrette est parée avec des rubans, des bougies, des branchages. Le soir de Noël venu, on place l’agneau dans la charrette qui est tirée par la brebis. Les bergers descendent alors dans le village, pour réveiller les (...)

  • lever la parole

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Se dit lorsque l’on s’est fâché avec un ou une ami. On ne lui parle plus. Je lui ai levé la parole depuis qu’elle m’a menti

  • y a un moulon

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    C’est pour signifier qu’il y a un tas, beaucoup des choses, de gens...A Noël il y a un moulon de gens dans les magasins. Des tomates cette année j’en ai eu un moulon dans le jardin.

  • faire le mourre

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    S’emploie pour dire qu’une personne fait la tête. Té vé, il ou elle fait un mourre de six pieds de long.

  • etre cafi

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    lorsque l’on possède plein de choses ou d’argent, on dit : Il est cafi de jouets ; il en est cafi des sous.

  • l’heure des brousses

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Se dit d’une personne qui vient chez vous tard le soir ou de bonne heure le matin. Toine hier, il est passé à l’heure des brousses. Les brousses sont des fromages de chèvre frais. Les chevriers passaient pour vendre leurs brousses du rove. Ils passaient le matin ou le soir.

  • on voit la bonne mère à travers

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Quand une personne est très maigre, ou que quelque chose est très fin on dit : on voit la bonne mère au travers . Mais bon, c’est vraiment très fin, genre une tranche de jambon qui n’a qu’une face, ou une personne qui est tellement maigre qu’elle peut passer entre le mur et le papier peint sans le décoller...

  • avoir l’estoumagado

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Lorsque l’on a eu très peur où que l’on a un grosse contrariété on dit : malheur il m’a fait avoir l’estoumagado. C’est la douleur de l’estomac.

  • on mange des regardelles

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Lorsqu’il n’y a rien à manger, où que l’on ne peut pas manger les plats que l’on voit, on dit : aujourd’hui on mange des regardelles.

  • tuer un ane à coup de figues molles

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    On dit quand on attend depuis un certain temps quelqu’un ou quelque chose on dit : eh bé j’ai eu le temps de tuer un âne à coup de figues molles.

  • il fait le gobi

    1er décembre 2004, par Magali Blanc

    Quand une personne à l’air hébétée, idiote ou qu’elle reste la bouche ouverte, on dit té vé il fait le gobi. Le gobi c’est un poisson.

©Eric Blanc, 2013
| Contact | Les nouveautés | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0